bâfrer


bâfrer

bâfrer [ bafre ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1740; baufrer 1507; du rad. onomat. baf- bafouer; baffe
Fam. Manger gloutonnement et avec excès. bouffer. « Ils engloutirent le saucisson, bâfrèrent le canard » (Fallet). Qu'est-ce qu'il bâfre ! fam. descendre, s'empiffrer.

bâfrer verbe transitif et verbe intransitif (onomatopée baff, exprimant un gonflement) Populaire. Manger goulûment, avec excès. ● bâfrer (difficultés) verbe transitif et verbe intransitif (onomatopée baff, exprimant un gonflement) Orthographe Avec un accent circonflexe sur le a et un seul f. Registre Familier. Construction Bâfrer a la même construction que manger : il a tout bâfré ; il bâfre sans arrêt. Mais, sans doute par confusion avec son synonyme se goinfrer, on trouve parfois la forme pronominale se bâfrer. ● bâfrer (synonymes) verbe transitif et verbe intransitif (onomatopée baff, exprimant un gonflement) Populaire. Manger goulÛment, avec excès.
Synonymes :
- bouffer (populaire)
- briffer (argotique)
- goinfrer (vieux)
- s'empifrer (familier)
Contraires :
- chipoter (familier)

bâfrer
v. intr. Fam., péjor. Manger avec avidité et avec excès.

⇒BÂFRER, verbe trans.
Fam. et pop. Manger gloutonnement et avec excès.
A.— [Le compl. désigne des mets, un repas, etc.] :
1. ... on nous arrêta dans un champ, en bordure de la grand'route où attendaient les camions. Là on mangea : du riz chaud qui vous emplissait le ventre et qu'on ne se lassait pas de bâfrer, goulûment, avec de pleins quarts de café brûlant, moins par faim réelle que pour la joie bestiale de manger, pour rattraper ces jours de misère, pour se gaver, se sentir plein.
DORGELÈS, Les Croix de bois, 1919, p. 215.
2. [Un citoyen :] — Il [le Roi] fait que roupiller et boulotter. Paraît qu'il baffre cinq à six poulets par jour.
L. DAUDET, Les Lys sanglants, 1938, p. 217.
P. anal. Consommer, dépenser :
3. ... les deux malheureuses que j'ai vues hier, vont mourir, sont peut-être mortes, et ma nullité présomptueuse assure l'impunité à leurs assassins! Grâce à moi, ils vont pouvoir crâner, bâfrer tranquillement l'argent de la caisse, tandis que la caissière agonise, avec un trou plus large que le poing dans le crâne.
VERCEL, Capitaine Conan, 1934, p. 110.
B.— Empl. absol. C'est un homme qui aime bâfrer, qui ne fait que bâfrer (Ac. 1798-1878) :
4. D'une humeur massacrante à l'ordinaire, il [un professeur] se montrait charmant le samedi, dans la perspective enivrante de s'en aller bâfrer et boire, le lendemain, chez quelques grosses légumes du commerce bordelais, qui lui avaient confié leurs rejetons.
JAMMES, Mémoires, 1922, p. 22.
C.— Vieilli, emploi pronom. Se bâfrer de friandises (BESCH. 1845), se bâfrer de pâtisserie (Nouv. Lar. ill.).
PRONONC. :[], (je) bâfre []. BARBEAU-RODHE 1930 note une durée mi-longue pour la 1re syll. de l'inf. (Pour une durée longue, cf. les dict. hist. sauf DG).
ÉTYMOL. ET HIST. — 1507 baufrer « manger goulûment » (E. D'AMERVAL, Livre de la Diablerie, éd. Charles-Fréd. Ward, Iowa, [1923], 62a : Tous bons francoys gloutons gourmans ... Qui baufrent tant bien que merveilles) graphie attestée jusqu'en 1718, Ac.; 1740 bâfrer (Ac.), qualifié de ,,bas`` et ,,fam.``, ibid.
Formé de l'onomatopée baf, baff, exprimant qqc. d'épais, de boursouflé, de gonflé (FEW s.v., t. 1, p. 203a) d'où manger gloutonnement, ce qui fait enfler les joues; à rapprocher des formations expressives pop. bouffer, brifer, etc.
STAT. — Fréq. abs. littér. :48.

bâfrer [bafʀe] v. tr.
ÉTYM. 1740, Académie; 1507, baufrer; du rad. onomat. baf. → Baffe, bafouer, bafouiller.
Fam. Manger gloutonnement et avec excès. Manger; 2. bouffer (cit. 1), briffer (vx); → Goinfre, cit. 5 et 6.
1 Disparaîtrez-vous un jour, petits bistros de chez nous, petites salles basses, chaudes, enfumées, où trois bougres, épaule contre épaule, autour d'un infime guéridon de fer, bâfrent le bœuf bourguignon, se racontent des histoires et rigolent, tonnerre ! rigolent en sifflant du piccolo ?
G. Duhamel, Scènes de la vie future, XIV, p. 210.
Sans complément :
2 Théo, le nez plongé dans son assiette, bâfre; c'est la croissance.
R. Queneau, le Chiendent, p. 54.
DÉR. Bâfre, bâfrée, bâfrement, bâfrerie, bâfreur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • BÂFRER — v. n. Manger avidement et avec excès. Il est bas, et ne se dit guère que par mépris, en parlant D une personne qui se livre gloutonnement aux plaisirs de la table. C est un homme qui aime à bâfrer, qui ne fait que bâfrer …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • BÂFRER — v. intr. Manger avidement et avec excès. C’est un homme qui ne fait que bâfrer. Il est bas …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • bâfrer — (bâ fré) v. n. Manger gloutonnement et avec excès. Populaire.    Il se conjugue avec l auxiliaire avoir. HISTORIQUE    XVIe s. •   Il feut conclud que ils les bauffreroient sans rien y perdre, RAB. Gar. I, 4. •   On [au] dyable l ung qui se… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • bâfrer — v.i. Manger goulûment, morfaler …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • bâfrer — vt. / vi. => Goinfrer (Se), Manger …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • bouffer — [ bufe ] v. <conjug. : 1> • v. 1160; de °buff , onomat. désignant ce qui est gonflé 1 ♦ V. intr. Se maintenir de soi même gonflé, en parlant d une matière légère, non rigide. Des cheveux qui bouffent. « Leurs longues jupes, bouffant autour… …   Encyclopédie Universelle

  • bâfrerie — ⇒BÂFRERIE, subst. fém. Action de bâfrer, gloutonnerie : • L inquiétude d Edmond est complexe. Il craint pour sa santé : il a beaucoup grossi depuis un an; il a des digestions pénibles, des bouffées de chaleur à la tête; il ne dort pas très bien.… …   Encyclopédie Universelle

  • baffe — [ baf ] n. f. • 1750; « coup de poing » 1283; d un rad. onomat. baf exprimant la notion de « gonflé, boursouflé », d où la notion de « coup » → bâfrer ♦ Fam. Gifle. Une paire de baffes. ● baffe nom féminin (onomatopée baf, à rapprocher de l… …   Encyclopédie Universelle

  • bâfreur — bâfreur, euse [ bafrɶr, øz ] n. • 1740; bauffreur 1571; de bâfrer ♦ Fam. Personne qui bâfre. ⇒ glouton, goinfre, goulu. ● bâfreur, bâfreuse nom Populaire. Personne qui se bâfre ; glouton. ⇒BÂFREUR, subst. masc. Pop. Personne qui a pour habitude… …   Encyclopédie Universelle

  • briffer — [ brife ] v. intr. et tr. <conjug. : 1> • 1530; du rad. onomat. brf 1 ♦ Vx Manger gloutonnement. ⇒ bâfrer. 2 ♦ (1628) Fam. Manger. ⇒ becter, bouffer. ⊗ HOM. Briefer. ● briffer verbe transitif et verbe intransitif (radical onomatopéique… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.